Les personnes trans ne sont pas des cobayes

Ce jeudi 23 avril, nous avons organisé une action dans un colloque étudiant de pharmacie en réaction à un projet scolaire sur les personnes trans.

Dans un cours intitulé « Services à la communauté », une équipe avait produit un guide de ressources pour les personnes trans immigrantes. Malheureusement, le projet avait été mené sans participation des commnauté trans. Résultat : Les informations de contact et les descriptions des organismes étaient datées ou fausses et contenait des informations personnelles, certains organismes étaient omis et d’autres n’avaient pas leur place, les définitions étaient mauvaises et pathologisantes et l’introduction.

Il ne s’agit que d’un cas parmi tant d’autres. Il est symptomatique de l’état de la recherche sur les personnes trans et du regard porté par les milieux académiques. Trop souvent, des projets de recherche sont menés sans impliquer les personnes trans ou des organismes qualifiés à aucune étape du processus. Cela témoigne d’une attitude de supériorité par rapport aux personnes trans exprimant leurs besoins est dangereuse tant pour les communautés trans que pour la qualité de la recherche universitaire.

Par cet événement, nous voulions entamer un dialogue avec l’Université sur plusieurs enjeux :
– le fait qu’on envoie souvent des étudiant-e-s mal préparé-e-s pour mener des entrevues avec des personnes marginalisés;
– l’importance exclusive portée à la reconnaissance académique et à la diffusion dans orientée vers les milieux de recherches, sans se soucier des problèmes que les recherches causent dans les populations étudiées ni du partage de connaissance avec elles, malgré leur participation directe à la recherche;
– le peu de ressources accordées aux enjeux trans à l’Université de Montréal, qui fait reposer la tâche de contrôler l’impact des travaux et des recherches des étudiant-e-s et professeur-e-s de l’UdeM sur le travail non rémunéré de membres bénévoles du Groupe d’action trans.

Notre petit contingent, aidé de membres de la Réclame venus de l’UQAM, a forcé un dialogue avec le professeur responsable et avec le vice-doyen de la faculté de pharmacie. On nous a ensuite permis de tenir un kiosque pour nous aider à diffuser notre message.

Nous espérons qu’il passera et qu’à force de le répéter et de le diffuser, nous mettrons fin à des années de recherches menées sans référence aux besoins et aux expériences réelles des personnes trans.

Voir aussi notre page sur les recherches et travaux.

11168767_10152997792111461_8261148894924096355_o

Nous avions des tracts, aussi!

Tract

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s